Un bracelet connecté est un objet i-tech dont la mission est de récupérer, traiter, puis communiquer les données d’une personne. Bien que les technologies utilisées puissent variées, un tracker d’activité a forcément besoin des éléments suivants pour fonctionner :

  • au moins un capteur d’activité pour enregistrer l’activité et l’état de la personne ;
  • une fonction de connectivité pour envoyer les données récoltées ;
  • un logiciel pour traiter les informations et les présenter au porteur du bracelet ;
  • une source d’énergie, généralement une batterie.

Grâce à ce dossier, vous allez comprendre comment fonctionne un tracker d’activité en suivant pas à pas les processus mises en œuvre par cet appareil.

Des capteurs d’activité pour collecter la data

Pour recevoir, mesurer et évaluer les données, un bracelet connecté doit être composé de capteurs. Il s’agit d’un dispositif pouvant transformer un phénomène physique, tel qu’un mouvement, en une valeur digitale qui va être assimilé par des logiciels. Les objets connectés concentrent un ou plusieurs capteurs en fonction des informations à recueillir. Un bracelet d’activité peut donc remplacer de nombreux outils tels que :

  • le podomètre pour compter le nombre de pas et la distance parcourue ;
  • l’accéléromètre pour calculer l’accélération linéaire, c’est-à-dire la vitesse de déplacement ;
  • le gyromètre pour percevoir la rotation et la vitesse angulaire ;
  • l’altimètre pour déterminer les distances verticales parcourues ;
  • l’actimètre pour surveiller l’activité physique globale (immobilité, mouvement…) ;
  • le récepteur GPS pour avoir la localisation et l’orientation de la personne ;
  • le baromètre pour mesurer la pression atmosphérique ;
  • le solarimetre pour estimer l’exposition et le rayonnement du soleil ;
  • le chronomètre pour savoir la durée de l’activité physique ;
  • le tensiomètre pour évaluer la tension artérielle ;
  • le cardiofréquencemètre pour connaitre la fréquence cardiaque ;
  • l’oxymètre pour détecter le taux d’oxygène dans le sang ;
  • le thermomètre pour prendre la température corporelle ;
  • l’oscilloscope pour constater l’activité cérébrale ;
  • le moniteur de sommeil pour enregistrer les rythmes et les phases de sommeil.

Grâce à tous ces outils intégrés, le tracker d’activité va pouvoir collecter puis traiter de nombreuses données. Vous allez alors pouvoir disposer de renseignement sur votre organisme et votre métabolisme actuel, mais aussi sur les actions à faire pour améliorer votre forme physique. En plus des capteurs d’activité, un bracelet connecté peut disposer d’actionneur, c’est-à-dire une commande pour manier un appareil, comme lancer un appel téléphonique par exemple.

Des capteurs pour collecter la data

Un système de connectivité pour communiquer

Une fois la data collectée, le bracelet intelligent doit communiquer les informations. La transmission des données consiste à les transporter d’un appareil à un autre en utilisant le réseau IoT. C’est par une antenne Radio Fréquence que les objets intelligents se relient au réseau de communication. En plus de transmettre les données collectées par un capteur d’activité, les objets vont envoyer et acquérir d’autres types d’informations nécessaires à leurs cycles de vie : authentification et enregistrement sur le réseau, état actuel et alerte, mise en service et mise à jour.

Concernant les montres et bracelets connectés, le réseau sans fil utilisé est dit “personnel” et “local” (WPAN et WLAN). Il adopte un signal courte distance pour connecter l’accessoire à une application sur mobile, tablette ou ordinateur. Deux technologies sont principalement employées :

  • le Bluetooth qui propose de nombreux avantages : une faible consommation en énergie, une connectivité accessible sur tous les smartphones récents, et une portée de plusieurs de plusieurs mètres. De plus il y a aujourd’hui le Bluetooth 4.0 (appelé aussi Bluetooth Low Energy) qui offre une portée plus importante, consomme moins d’énergie, et permet la connexion à différents appareils en même temps. Cette technologie est la plus utilisée pour le tracker d’activité.
  • le standard ANT+ est un protocole de communication développé par l’entreprise Dynastream, une filiale de Garmin. Elle permet un transfert rapide des données en utilisant peu de puissance. Ce standard de communications radiofréquence est principalement exploité dans le domaine du sport, et notamment dans le cyclisme de haut niveau.

Pour coupler un bracelet d’activité avec un smartphone ou un ordinateur, il est également possible de le brancher avec un câble USB. Avec une connexion filaire, les données récupérées par les capteurs sont directement synchronisées à votre machine qui pourra alors les exploités.

Un système de connectivité pour transférer les données

Une application pour traiter et retransmettre les données

Pour que votre votre bracelet d’activité soit vraiment utile, il est indispensable d’avoir un logiciel de traitement des données. Bien que certaines données peuvent être pré-traitées directement par l’objet connecté, l’analyse des informations est essentielle pour présenter les résultats à l’utilisateur.

Afin de déterminer votre condition physique, un logiciel va utiliser des algorithmes pour :

  • contrôler la qualité et la véracité de la data envoyée par le capteur d’activité ;
  • convertir les données brutes en déterminant les valeurs ;
  • enregistrer les mesures et les paramètres dynamiques ;
  • combiner et calculer les informations provenant des capteurs ;
  • surveiller et analyser les évolution dans le temps ;
  • fournir une information fiable et compréhensible par l’utilisateur ;
  • alerter en proposant des actions nécessaires pour améliorer son état physique.

Le traitement de la data est une opération indispensable pour sémantiser et synthétiser les données du tracker d’activité. Certains logiciels vont ainsi pouvoir mesurer les dépenses caloriques et le taux de sudation en croisant les chiffres communiqués par les différents senseurs. Les résultats sont transmis soit de manière brute, soit à l’aide de représentations graphiques (tableaux, diagrammes en bâtons ou circulaire, courbes d’évolution…) pour une meilleure compréhension par le porteur du bracelet connecté. Certaines applications encourage les bons comportements de la même manière qu’un coach personnel.

En fonction de votre smartphone, il vous faut choisir un bracelet intelligent avec une application qui accepte votre système d’exploitation – tels que iOS d’Apple, Android ou encore Windows. Notez que certaines application mobile ont une interface plus ou moins conviviale, et que des options peuvent vous être offert comme le partage des résultats sur les réseaux sociaux, la conception de programme de remise en forme sur-mesure, ou encore des notifications pour vous coacher à faire plus de sport, à boire plus d’eau, ou de vous coucher tôt.

Une application pour traiter la data et communiquer les résultats

Pour trouver le meilleur modèle, reportez-vous à notre comparatif du bracelet connecté